Le procès de Jawad Bendaoud, le logeur de Daesh, s'est ouvert la semaine dernière pour recel de malfaiteurs terroristes et non-dénonciation de crime. Il n'est pas impossible qu'il soit relâché,  Jawad s'étant surpassé pour convaincre qu'il n'était "au courant de rien", à grand renfort de déclarations plus débiles les unes que les autres. Les pires phrases de ...