Un conducteur de trottinette flashé en centre ville pour excès de vitesse à 63km/h

Interpellé lors d’un contrôle de routine, un jeune pilote de 16 ans a été stoppé net par la police municipale alors qu’il circulait à plus de 60 km/h sur l’une des artères principales de la ville. Une première pour la police locale, à l’heure où entre en vigueur une nouvelle législation concernant les Engins de Déplacement Motorisés Personnels.

Une trottinette aux performances “améliorées”

Les policiers du commissariat de Rodez ne s’attendaient sans doute pas à flasher ce type de véhicule, et pourtant… d’après les mesures effectuées le vendredi 14 août, le conducteur roulait bien à 63 km/h !

Après inspection, les policiers ont découvert que le moteur électrique avait été débridé. Grâce à un dispositif illégal, son propriétaire pouvait dépasser les 25 km/h réglementaires autorisés pour une trottinette électrique en appuyant simplement sur un bouton dissimulé dans le guidon.

Un conducteur de trottinette flashé en centre ville pour excès de vitesse à 63km/h

Cette pratique, ayant tendance à se généraliser, permet aux amateurs de sensations fortes de décupler les performances de leur engin, quitte à les transformer en véritables bolides incontrôlables. Outre les dangers que cela peut représenter pour les autres usagers, ces modifications sont désormais considérées comme une infraction au code de la route et sont très sévèrement verbalisées.

Un code de la route pour les trottinettes électriques

Le jeune homme âgé de 16 ans a écopé d'une amende de 135 €, et il a du repartir à pied, son véhicule étant confisqué par les forces de l’ordre. Un moindre mal pour cet adolescent car s'il avait reçu une contravention de quatrième classe, la note aurait pu être beaucoup plus salée !

Confiscation, mise en fourrière et amende allant jusqu’à 750 € sont désormais prévues pour les contrevenants à ces nouvelles mesures.

Cet incident est l’occasion pour les policiers de sensibiliser les usagers à la nouvelle réglementation en vigueur. Tout comme les gyropodes, skates électriques ou tout autre EDPM (Engin de Déplacement Personnel Motorisé) bénéficiant jusque-là d’un certain flou juridique, l’usage des trottinettes électriques sur la voie publique est dorénavant encadré par la loi.

De nouvelles opérations de contrôle à venir

la Police Nationale privilégie pour le moment la pédagogie. Sur son compte Facebook, elle rappelle que, depuis le 1er juillet 2020, il est obligatoire d’équiper son engin de feux avants et arrières, de réflecteurs, ainsi que d’un avertisseur sonore. Un dispositif de freinage est également requis.

[SÉCURITÉ DES MOBILITÉS : LA TROTTINETTE ÉLECTRIQUE]Connaissez-vous les E.D.P.M❓ Les Engins de déplacement Personnels…

Publiée par Gendarmerie de la Savoie sur Samedi 25 juillet 2020

Les forces de l’ordre préconisent aussi le port d’un casque et d’un gilet réfléchissant pour rouler la nuit, et incitent les conducteurs de trottinette à éviter autant que possible de circuler sur les trottoirs. Ces mesures font suite à la recrudescence des accidents parfois dramatiques impliquant ces engins. Des dispositions qui devraient apaiser les tensions entre piétons et conducteurs d’EDPM dont la cohabitation ne se fait pas toujours de manière pacifique.

Prochaine étape : adapter les infrastructures pour permettre aux vélos, voitures, trottinettes et autres moyens de transport alternatifs de circuler en bonne entente sur la voie publique !

La France a besoin de toi alors Abonne-toi
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments